Début de campagne : deux semaines déjà riches

Alors que l’équipe, divisée en trois groupes, commence les observations de manière plus intensive lorsque la météo le permet, retour sur deux semaines riches en apprentissages, avec déjà de nombreuses observations.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La première semaine
Premières observations
Côté aéronautique
Soirée de lancement
La deuxième semaine
Installation à Koumac
Premiers vols océaniques
Un premier bilan d’étape

 

La première semaine

Du 6 au 11 octobre, les journées ont principalement été dédiées à la formation des observateurs au sol. Après les cours théoriques et l’acquisition des éléments clés pour différencier les espèces, les observateurs se sont entrainés chacun leur tour à la saisie des données : une voiture de location est un « simulateur » moins onéreux que les BN-2. GPS allumé, les tours dans Nouméa s’enchainent…

Malgré un temps pluvieux, les premiers vols les 9, 10 et 11 octobre ont permis aux anciens de reprendre leurs habitudes et aux novices de s’accoutumer aux contraintes de l’observation à partir d’un avion : exigüité de la cabine, prise de repères pour bien identifier la bande de 200m où sont concentrées les observations d’oiseaux, utilisation de l’inclinomètre pour relever les angles des autres observations, mais aussi accoutumance au bruit et réglage du son dans les casques pour pouvoir annoncer ses observations au secrétaire…

Le son est un élément important puisque tous les vols sont enregistrés, de manière à pouvoir réécouter les observations annoncées en vol lors de la validation des données une fois au sol, le soir. La qualité de l’enregistrement doit donc être suffisante et le système d’acquisition peut nécessiter un certain temps de mise au point.
Déjà, avec une dizaine d’heures d’observation en fin de première semaine, principalement en côtier lors de vols de calibration et de formation, les animaux sont au rendez-vous :

Premières observations

Plusieurs groupes de grands dauphins et de stenelles, une quinzaine de dugongs, des requins tigre et marteau ; pour les oiseaux, des pétrels et des puffins du pacifique, des sternes « grises » et des noddis sont déjà une première récompense.  Beaucoup de tortues et des raies manta ont également été observées et une équipe a eu la bonne surprise de rencontrer une tortue luth, et un requin blanc (hors du lagon). Les troupes n’ont qu’une envie, commencer les longs vols océaniques et découvrir la biodiversité méconnue du grand large, objectif premier de REMMOA.

Côté aéronautique

Les six pilotes sont arrivés et font connaissance avec l’équipe, les avions et les particularités des vols d’observation dans les mers du sud. Rien de bien compliqué pour ces professionnels, jeunes ou expérimentés, aux parcours souvent moins monotones qu’une carrière en ligne dans une grande compagnie : pilote pour les missions de photographie aérienne de l’IGN pour l’un, relais radio ou prise d’image aérienne sur le Tour de France pour plusieurs autres, ou encore pilote de brousse en Papouasie… Les trois mois de l’aventure REMMOA ne sont qu’une étape, au final assez tranquille.

Soirée de lancement

Vendredi 10 octobre, l’équipe proposait un moment d’échange et de rencontre à l’auditorium de la province Sud, avant la projection du film Océan, de Jacques Perrin. Si la remise de la coupe de la Bluescope Race, avec musique, petits fours et champagne juste en face a eu plus de succès, un petit groupe de bénévoles et représentants d’associations locales (ZCO, SCO, ASNNC…) ont découvert les détails de la campagne REMMOA et profité de la projection.

Merci à la province Sud et à Galatée films pour leur appui sur cet événement.

La deuxième semaine

Entre les derniers points de formation théorique, la météo a permis quelques vols d’observation. Mardi matin, la télévision publique NC 1ere s’est intéressée à nous : un journaliste a pu rendre compte du travail dans l’avion lors d’un court vol en côtier, nous propulsant au JT de 19h30.
Le troisième avion est arrivé du Vanuatu mardi 14 octobre après midi.  En fin de journée, l’équipe s’est retrouvée au complet pour une photo de groupe (un peu dissipée)

Photo de groupe, l’équipe -presque- au complet

Photo de groupe, l’équipe -presque- au complet

et un verre avant la séparation en trois groupes pour le restant de la campagne :

  • Groupe 1  (Koumac 1) : Cécile, Waïa, Thierry, Aurélie, Ghislain et les pilotes Laurent et Bertrand
  • Groupe 2 (Koumac 2) : Devis, Pamela, Charlotte, Thomas, Claire et les pilotes Jean-Luc et Romain
  • Groupe 3 (Nouméa) : Morgane, Pauline, Bassen, Olivier B.,  Sophie et les pilotes Augustin et Paul.

Installation à Koumac

Mercredi 15 octobre, le premier groupe est parti sur Koumac, profitant pour faire des observations sur des transects couvrant le lagon et la pente externe. Comme d’habitude les dugongs sont au rendez-vous, mais également des grands dauphins, des dauphins de Risso et un cachalot. Côté oiseaux, un paille en queue à brins rouges et des « radeaux » de puffins ont également pu être identifiés (on dit que les oiseaux forment des radeaux lorsqu’ils sont posés sur l’eau en groupe).

Thierry, en observation la tête dans la bulle sur le trajet Nouméa - Koumac

Thierry, en observation la tête dans la bulle sur le trajet Nouméa – Koumac

Le troisième avion a été équipé d’un réservoir supplémentaire et comme les deux autres d’un système de tracking permettant d’avoir la trace GPS des vols effectués.

Premiers vols océaniques

Du 15 au 19 octobre, au moins un groupe a pu voler chaque jour. Jeudi 16, les premiers vols océaniques ont pu être réalisés : l’un au nord ouest au départ de Koumac avec de bonnes conditions a permis les premières observations de baleines à bec, de globicéphales et de gigys ; l’autre à l’ouest au départ de Magenta, avec des conditions moins favorables qu’au nord qui ont tout de même permis d’identifier là aussi des baleines à bec et des gigys, avec la bonne surprise d’un requin baleine. Lors des derniers vols de formation, au large de la côte ouest, les observateurs ont vu un cachalot, des pseudorques et également un requin baleine.

Samedi 18 octobre, les trois avions ont pu voler simultanément pour la première fois, mais la troisième semaine ne semble pas réserver une bonne météo : trop de vent.

Le second groupe ne rejoindra qu’en fin de semaine les collègues de Koumac pour intensifier les observations dans le nord si la météo est favorable. Formés et installés sur leurs bases, les observateurs vont pouvoir commencer la collecte intensive de données en espérant de larges fenêtres météo pour enchainer les longs vols océaniques.

Un premier bilan d’étape

L’équipe en est à près de 50 heures de vol et les transects réalisés, tout comme les observations, commencent à s’accumuler : plusieurs centaines d’observations d’oiseaux marins, plusieurs dizaines de mammifères marins, et également plusieurs dizaines de raies, requins et tortues.

Le programme prévu (traits gris) se réalise peu à peu (traits verts et rouges)

Le programme prévu (traits gris) se réalise peu à peu (traits verts et rouges)

Bientôt, dès le 27 octobre et la fin des vacances scolaires, l’équipe commencera ses interventions dans les écoles autour de chacune des bases.

Un commentaire sur “Début de campagne : deux semaines déjà riches

  1. Je vous admire, votre campagne est super bien expliquée sur votre site. Bonne continuation et que du plaisir à vous tous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :